22 avril 2008

A Silver Mt. Zion - Grrrnd Zero (Lyon) le 18/04/2008

affasilver

Un concert de plus avec ce bon vieux thib, cette fois dans une salle que nous n'avions encore jamais testé, le Grrrnd Zero, pour voir un groupe ô combien respecté dans la sphère post-rock mondiale actuelle, A Silver Mt. Zion (ils ont récemment changé de nom pour Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra & Tra-La-La Band, mais pour des questions de lisibilité je me permettrai de garder l'ancien nom dans cette chronique !).

Arrivée en avance et sous la pluie devant la petite salle du Grrrnd Zero, se situant dans une rue sombre et grise à souhait : on repère tout de suite le côté très "indé" de ce lieu et ça fait du bien de savoir que des groupes aussi renommés acceptent de venir dans des salles entièrement gérées par des bénévoles...

Pas mal d'attente dehors, on vient nous prévenir que l'ouverture des portes aura un léger retard mais que nous aurons le privilège de voir le groupe de 1ère Partie installer lui-même son matos.

y

y

y

y

y

y

Nous finissons par rentrer à l'intérieur pour nous mettre au milieu et tout devant, comme à notre habitude. A ma droite, un violon dont l'étui porte la mention "A Silver Mt. Zion" :

Photo0013

Plusieurs gars arrivent alors sur scène (dont les deux musiciens de Berg Sans Nipple, mais ça nous ne le savons pas encore) pour installer une quantité impressionante de matériel (claviers Moog en tout genre, plusieurs batteries, steel drum, percussions, melodica, glockenspiel et autres fantaisies...), jugez plutôt on se croierait en pleine forêt amazonienne... Et tout cela à moins d'un mètre de nous ! On commence silencieusement à regretter de ne pas avoir pris de bouchons pour protéger nos petites oreilles.

Photo0018

Pendant ce temps, le chanteur du duo franco-américain cité ci-dessus lance désespérement des "checks" mais rien n'y fait : le micro ne fonctionne pas ! Nous autres, on commence à s'impatienter car on approche doucement des deux heures d'attente. Non pas que nous sommes des enfants gâtés, juste que nous réalisons les maigres chances que nous avons de choper un métro pour revenir chez le thib !

Tandis que nous réflechissons en vain, tout se mit enfin à marcher normalement.. Les lumières s'éteignent, le concert peut débuter !

Premier constat, le batteur/chanteur/clavieriste/bidouilleur a le rythme dans la peau ! Le premier morceau est une vraie réussite. Seul bémol, comme nous l'avions redouté, nos oreilles en prennent pour leur grade, car le plus souvent les deux membres du groupes se mettent à la batterie et ça tape très fort. D'une façon générale, leur set alterne le bon et le bidouillage un peu vain, ça tournait quand même un peu en rond cette affaire. Pas moins de trois photographes et un cameraman bousculèrent et masquèrent le thib pendant la stricte totalité de cette première partie... Alors OK, c'est leur boulot de filmer, mais là c'était un vrai manque de respect.

Nouvelle attente, beaucoup moins longue cette fois-ci : les membres de A Silver Mt. Zion viennent eux aussi mettre en place leur matériel, tout aussi imposant que celui de Berg Sans Nipple (contrebasse, violoncelles, violons, guitares, batterie...). Une des violonistes discute volontiers avec une partie du public situé à gauche de la scène.

Le début du concert arrive assez vite, le tout dans une ambiance intimiste et tamisée (que s'acharnent à détruire quelques boulets déjà bien éméchés). Malheureusement, je ne connais qu'une seule chanson du dernier album, il s'agit de Blindblindblind qui normalement (je dis bien NORMALEMENT) ne devrait pas être jouée ce soir...

Photo0032

Malgré quelques phases où le chant du charismatique Efrim me paraît inutile et à la limite du supportable, le concert prend vite des allures de voyage aux confins de la mélancolie : il suffit de fermer les yeux pour se retrouver ailleurs, enfermé par ses propres émotions. C'est tout simplement magnifique.

Je suis beaucoup plus amateur de leurs premiers albums, qui étaient majoritairement instrumentaux et défaits de toutes ces incantations. Surtout que les rares instants où le chanteur posa sa voix sans crier furent tout à fait merveilleux ! Bref, tout ceci n'est qu'une affaire de goût et ce qui est certain, c'est que les instrumentations surpuissantes et dramatiques des morceaux éxécutés ce soir mirent tout le monde d'accord.

Ils croient en leur musique, c'est flagrant : les fronts sont plissés, les larmes coulent parfois sur le visage du batteur et du chanteur. C'est très impressionant.

Premier point culminant du set pour moi, une inédite jouée avant le 1er rappel : une mélodie calme et profonde (soutenue par toute l'armada de cordes frottées), qui m'a beaucoup fait pensé à Sigur Ros. Le titre, c'était quelque chose comme "There's A Light". Une vraie claque ! Je regarde l'heure et tente de convaincre Thibault de rentrer maintenant pour ne pas rater le métro... Ce brigand ne me laisse pas le choix ! Nous restons ! Avec le recul, je le bénis de ne pas avoir cédé...

Les deux guitaristes ont beaucoup d'humour et nous gratifient de quelques blagues sur Sting ainsi que de quelques remarques bien placées sur les boulets du public ce soir. Premier rappel, le groupe éxécute un formidable ancien titre "Microphones In The Trees". Puis ils s'en vont de nouveau, mais la salle s'enflamme en applaudissements : on en veut encore !

Pour le deuxième rappel, nous attendons comme le messie une version live de "Blindblindblind", mais nous n'y croyons guère... Et pourtant !!!! Efrim annonce "this one's called... Blindblindblind". ARGHHH ! Nous devenons fous ! Et le pire, c'est que cette version a dépassé toutes mes espérances, à ce moment précis j'ai ressenti le même type d'émotions que lorsque j'avais vu Sigur Ros (oui, encore eux). Intense, onirique, fantastique ! Le final de ce chef d'oeuvre est tout simplement bouleversant.

Ca y est, cette fois c'est bel et bien terminé, les lumières se rallument et nous nous remettons doucement de nos émotions. A présent un autre problème se pose : comment allons-nous rentrer à bon port ??? Réponse : tout simplement en marchant une heure et demi sous la pluie dans les rues de Lyon ! Un grand moment de sport nautique...

A bientôt pour de nouvelles aventures !

Vinc.

=> VOIR LES PHOTOS

Posté par Vinc2 à 00:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur A Silver Mt. Zion - Grrrnd Zero (Lyon) le 18/04/2008

    merci pour les photos vinc.
    je les ai vu (et entendu) à la maroquinerie à Paris ... et une telle intensité, une telle maîtrise dans une si petite salle; c'est carrément incroyable !!
    derniers frissons en concert remontent à très loin...
    dominique A à l'Olympia...dead can dance, à l'Elysée Montmartre ??
    vive le canada !

    Posté par yashitaka, 23 avril 2008 à 21:09 | | Répondre
  • Une des deux violonistes (elle est sur une photo) était magnifique... whaou.

    BlindBlindBlind etait IMMENSE.

    Et Grrrnd Zero est une très bonne salle, oui.


    Prochain concert : Nada Surf après-demain !!



    PS :


    VIVE LES VACANCES



    (encore des carrés !)

    Posté par thib, 24 avril 2008 à 19:37 | | Répondre
Nouveau commentaire