04 octobre 2008

Antiklimax - Aurora Polaris

aurorapolarisANTIKLIMAX
Aurora Polaris
Musea/Dreaming
(2008)

1- Landing
2- Air
3- The Lake
4- Etaiset Aanet
5- Nightlife
6- Crysal Broken Chords
7- Northbound
8- Slow Down
9- Berelict Stations
10- Away From Her
11- Epilogue
 

Inutile de tourner autour du pot, « Aurora Polaris » est un des meilleurs disques d’ambient/trip-hop qu’il m’ait été donné d’entendre cette année. Antiklimax, alias Vincent Bénésy, claviériste et bidouilleur venu d’Antibes, après un premier opus prometteur (« Plus Loin Vers L’Est », 2006), décide de s’entourer d’une chanteuse finlandaise Jaana Palonen et d’un musicien estonien Margus Mets afin d’insuffler une bonne dose d’âme et d’authenticité à ce disque dédié à la Finlande. Cette collaboration a pu prendre forme grâce à ce qu’on appelle de nos jours la « magie du net ».

Le résultat est à la hauteur de nos espérances. « Aurora Polaris » est avant tout un hommage au grand Nord, et cela s’entend. La production est cotonneuse, l’ambiance générale est brumeuse, incertaine, glaciale.

« Landing » annonce la couleur avec ses nappes de clavier planantes, quatre accords qui rappellent des introductions d’album telles que « Window » (The Album Leaf / « In A Safe Place ») ou « Takk… » (Sigur Ros / « Takk… »).

Après cette belle mise en bouche, le magnifique « Air », premier morceau chanté, poursuit dans la veine onirique et planante. La voix de Valveuni (nom d’artiste de Jaana Palonen) s’intègre parfaitement aux instrumentations concoctées par Antiklimax. Après un court mais néanmoins réussi « The Lake », on retrouve cette voix angélique qui semble nous compter une histoire en finnois (« Etaiset Aanet »).

« Nightlife », avec ses sonorités trip-hop, aurait tout à fait pu figurer sur l’opus précédent, c’est de l’Antiklimax pur jus. « Crystal Broken Chords » est une composition à moi, entièrement réarrangée par Vincent Bénésy, et même si je lui ai laissé carte blanche, je dois avouer que cette relecture me convient parfaitement. Vous pouvez comparer avec ma version qui se trouve sur www.myspace.com/vinc2.

« Northbound », avec ses 9 minutes 22, est le titre le plus sombre mais aussi le plus captivant de l’album et semble évoquer la menace nucléaire pesant sur la Finlande avec la construction d’un nouveau réacteur au sein de la centrale électrique de Olkiluoto.

Puis arrive LA pépite du disque, « Slow Down », forte d’une beauté et d’une mélancolie hors-du-commun, magnifiée par le retour au chant de miss Palonen. On se croierait la nuit, marchant dans la neige au beau milieu d’une forêt de sapins, dialoguant avec les anges. On se dit alors qu’on est proche de l’album parfait.

Malheureusement, « Aurora Polaris » faiblit légèrement sur la fin. « Derelict Station » et « Away From Her » ne sont pas des mauvais titres, mais ils s’intègrent mal dans l’ensemble cohérent que formait jusqu’à présent l’album. « Epilogue », en reprenant le thème de « Landing », nous laisse quant à elle un peu sur notre faim.

Malgré tout, on ne peut que saluer la qualité de cet opus, dont tous les titres s’enchaînent sans pause, tel un bloc compact et uniforme. A découvrir et à savourer.

 

8/10

Vinc.

Posté par Vinc2 à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Antiklimax - Aurora Polaris

Nouveau commentaire